Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 décembre 2014 4 11 /12 /décembre /2014 01:12

 

 

 

Je suis désolée

 

Si je ne réponds pas à tes attentes, à tes espoirs, à tes désirs

 

Je suis désolée

 

Si tu te sens blessée, trahie ou humiliée, faible ou méprisée

 

Je suis désolée

 

De ne pas toujours te satisfaire, de parfois te taire ou pire de ne pas t'écouter

 

Je suis désolée

 

Pour toutes ces fois ou je t'ai détestée, négligée, harcelée

 

Je suis désolée

 

Car je sais que je recommencerai

 

 

 

S'il te plaît pardonne-moi

 

Je fais de mon mieux pour m'améliorer

 

S'il te plaît pardonne-moi

 

Car c'est ensemble qu'on peut avancer

 

S'il te plaît pardonne-moi

 

C'est ainsi qu'on apprend

 

S'il te plaît pardonne-moi

 

Car je sais que tu me comprends

 

S'il te plaît pardonne-moi

 

Même quand tu m'en veux

 

S'il te plaît pardonne-moi

 

Ça fait partie du jeu

 

 

Je t'aime

 

Envers et contre tout, et surtout contre moi

 

Je t'aime

 

Avec tes travers et même ta mauvaise foi

 

Je t'aime

 

Les jours de colères, les jours de nuit, les jours sans joie

 

Je t'aime

 

Et pourquoi plaire si ce n'est d'abord à toi

 

Je t'aime

 

Quoi qu'il arrive et même s'il n'arrive pas

 

Je t'aime

 

De plus en plus, de mieux en mieux, du cœur au corps

 

Je t'aime

 

Pourquoi le nier, à raisons comme à torts

 

Je t'aime

 

C'est un mystère que je veux percer mais sans combat

 

Je t'aime

 

Car de toute les manières, celle que je préfère c'est toi

 

 

Merci

 

De me supporter, vaillamment et sans faillir

 

Merci

 

Même si souvent j'ai pas les mots pour le dire

 

Merci

 

De ton soutien, de ta loyauté exemplaire

 

Merci

 

D'entretenir ta part de mystère

 

Merci

 

Des lendemains, de l'aujourd'hui, de ton sourire

 

Merci

 

Et même de rien, juste pour le plaisir...

 

 

Cecyle

 

Chère moi,
Partager cet article
Repost0
14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 02:49

 

DSC_0004.jpg

 

 

 

 

 

Atmosphère fragile, ambiance délicate.

 

Un contexte qui n'aspire qu'à la confidence.

 

Mais comment poser des mots sur ce qui n'en souffre aucun?

 

Alors je vais faire simple, ou du moins le tenter, car tout le monde sait bien comme je suis compliquée.

 

(Là, je fais une pause, je me roule une clope, histoire de me laisser le temps de réfléchir à la suite, je n'ai absolument pas la moindre idée d'où je veux en venir...ou plutôt où je veux aller!)

 

J'ai dans la tête une idée.

 

Qui elle-même m'entraine vers milles autres! Toutes aussi interessantes bien sur. :)

 

Je vais tacher d'être claire, au moins autant que mon amie l'astre lunaire peut l'être en ce moment.

 

Je vis à l'instant une pluie de lumière, elle m'inonde sans m'innonder et m'envahit sans être envahissante, elle me chavire sans me chavirer et m'irradie sans m'irradier et si vous m'avez suivie jusqu'ici vous ne pourrez plus vous arrêter.

 

Je cherche, depuis aussi longtemps que je m'en souvienne, cette pluie.

 

Dans différents outils, différents êtres vivants, et voilà que cette nuit, elle s'offre à moi sans préambule.

 

Faut quand même avouer que ça me bouscule.

 

Mais plutôt que d'épiloguer sur mon ressenti, je vais tenter, maladroitement sans doute, (mais après tout qu'est-ce que le doute si ce n'est une certitude de plus?) d'exprimer ce que cela provoque concrètement en moi.

 

Tout d'abord j'ai chaud.

 

Des pieds à la tête, une chaleur bienfaisante, enveloppante.

 

Ensuite j'ai un irrésistible sourire qui flotte sur mes lèvres, une envie irrépressible de jouir de chaque cellule de mon corps, comme si tout était en accord.

 

Je me crois dans un rêve éveillé, mes pieds sont bien au sol, ancrés, mais dans une espèce de surréalité.

 

Cet instant est précieux, mais je sais qu'il fuira aussi vite qu'il est apparu, rattrapé par le quotidien des matins parfois chagrins.

 

Je sens une bouffée d'amour à chaque expiration, je serais tenté de cesser de respirer, pour le garder en moi le plus longtemps possible, mais c'est peine perdue, de même que mon corps a besoin d'oxygène, j'ai besoin d'extraire tout cet amour en scène.

 

Tudo bem!

 

Et voilà, je sens déjà la frustration pomper cette pluie bienfaitrice, et comme sur un caprice, elle me file entre les doigts!

 

Il est dans mon coeur, mais surement dans le votre aussi, même tout petit ou bien enfoui, l'arrosoir qui contient cette eau bénie.

 

Parfois, on crois que le stock est épuisé, et que le bon de commande est en hongrois, Egeszsegedre* ! (prononcez: hey gay de chez Gueudra! (En roulant les rrrrr))

 

 

Je crois que pour cette fois, mon truc pour atteindre cet état, fut de m'abreuver aux autres.

 

J'ai ressenti de la peine, de la joie, un profond respect pour les êtres pleins de mystère, de contradiction, de jugement, de profondeur, de superficialité, de médiocrité et d'ingénuité que nous sommes.

 

Je dis bien nous car je me sens quand même, profondément humaine.

 

Ce n'est ni pessimiste, ni optimiste d'ailleurs, juste observationniste, si ce mot existe!

 

Je ressens à la fois un détachement quand à ma nature, qui me permet d'autant mieux d'appréhender mes futurs difficultés avec .... bienveillance.

 

 

 

 

Ok ok, je risque de devenir pompeuse à force, parce que c'est bien beau tout ça, mais ça n'a pas vraiment de sens pour qui ne l'a peut-être jamais ressenti.

 

Je ne sais pas, je crois que si j'avais lu un truc pareil il y a quelques années, je me serais dit...:

 

- Pfffff. Quelle bêcheuse celle-là! Encore une qui va nous expliquer que Dieu est amour et qu'il faut y croire toujours! Quelle connerie! Viens la vivre ma vie pourrie, ma lutte pour la survie dans ce monde qui me détruit! Viens me balancer un seau de ta foutue pluie, que je vois si je peux m'y noyer, comme ça ce sera fini.


 

Je suis passer dans ma vie par des phases de totale incomprehension. De remise en question. De dépression. D'abandon.


J'ai recherché Dieu dans les yeux des enfants. Je n'y ai vu que du feu et encore, pas souvent.


J'ai poussé mon corps, mon coeur et mon esprit dans ses derniers retranchements. J'ai frôlé la folie, joué avec, puis décidé de faire sans...de temps en temps.


J'ai embrassé des hommes, pleurer des jours entiers, j'ai ris autant qu'une môme et chanter pour garder ma lucidité.

 

J'ai aimé, haï, repoussé et compris, j'ai vécu mille vies sans en finir aucune, j'ai rêvé sans pitié mais avec amertume.

 

J'ai jalousé, envié, admiré, j'ai aussi dédaigné, manqué de respect, mais j'ai également connu la paix que l'altruisme peut insuffler.

 

J'ai fais des conneries, et j'en ferais d'autres, je me suis fait des amis, j'ai pardonné nos fautes.


Je me suis protégée de murs en béton armé, que j'ai ensuite patiemment démonté.


Je me suis mentie, salie, trahie.


Je me suis aimée, détestée, sous-estimée, snobée, ignorée, jusqu'à me mutilée.


Je me suis fourvoyée, j'ai regretté.


Je me suis excusée, j'ai recommencer, je me suis dépassée, sans pouvoir m'arrêter, je me suis contrainte, je me suis oubliée.


Je me suis étreinte, éreintée, de toute cette énergie épuisée.

 

Je me suis comprise, je me suis admise, et suis toujours en cours d'acquisition de moi-m'aime.


J'y travaille sans relâche, je connais ma peine, je me l'a suis attribuée.

 

Je suis mon propre juge, ma propre ennemi, je suis ma pire enfant et ma meilleure amie.

 

J'ai demandé pourquoi, jusqu'à ce que cela n'ait plus aucun sens.


J'ai rempli de faux pas ma pénible errance.

 

J'ai relevé la tête tout en baissant les yeux.


J'ai fais si souvent la fête, que j'en ai oublié mes voeux.

 

 

 

Ce Dieu que l'on m'a décrit si souvent.

Je l'ai trouvé, partout, là-dedans.

Certains veulent le nommer ainsi mais peu importe son nom, il ne me l'a pas dit.

 

Je l'ai découvert au fin fond de moi-même, étincelle de mon être, essence de ma création, je le cherchais ailleurs alors qu'il était là, juste sous mon menton.


Je me suis découverte, les pouvoirs qu'on lui attribuaient, l'omniscience, l'omnipotence et l'omniprésence.

 

Bien sur je ne suis pas toujours en pleine possession de mes moyens, ce serait trop simple!

 

Cela se produit parfois par surprise, parfois avec préméditations, mais jamais sans raisons!

 

Comme cette nuit, comme peut-être demain, et jamais plus aussi.

 

Alors j'avais envie de partager, de propager la bonne nouvelle!

 

Haha, voilà que je me sens pousser des ailes!

 

J'ai cru pouvoir transmettre, cette bonne parole, ouvrir des fenêtres, balancer des paraboles!

 

Mais bien sur, tout cela, n'a de sens que pour moi.

 

Aussi j'ai juste envie de te dire, accroche-toi.

 

A moi, à toi, à quiconque me lira.

 

On est tous des chercheurs, ni moins bons, ni meilleurs.

 

On vit tous dans la peur, dans l'amour, dans l'erreur.

 

On s'oublie et on court, tout droit à la dernière heure.

 

Mais le jugement dernier, s'il doit y en avoir un

 

Le seul que je craindrais, ce sera... le mien.

 

 

 

Mince!!!

 

Voilà que je sèche!

 

Me reste plus qu'à attendre...

 

La prochaine averse! ;)

 

 

 

DSC_0003.jpg

 

 

*
Pour les curieux qui ne parlent pas hongrois, il iront sur google traduction! :D

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 02:08

DSCF8983.JPG

 

 

Parce que mon rêve éveillé

Soi-disant ne sied

Au monde réalisé

Utopie délavée

 

Parce que reine des bisounours

Je ne fais plus la course

Fi du cordon de la bourse

A peine si je pousse

 

De l'ode des soupirs

J'en viens, je veux en rire

Et sans plus défaillir

Je t'offre mon sourire

 

Pas la peine

Car de pêne

Il faut libérer la gâche

Si sans gêne

Je malmène

C'est que plus rien n'attachent

Mes mots aux maudits hères

Allez viens...

Je l'enterre

 

De l'ode des soupirs

J'en viens, je veux en rire

Et sans plus défaillir

Je t'offre mon sourire

 

Si l'éclat d'une joie

Ne vaut pas une pierre

S'écroule sous le poids

Un précieux univers

 

L'évidence n'est-elle pas

Quand le vide danse l'aile

Et qu'il suffit d'un pas

Pour s'envoyer au ciel

N'y voyez qu'un message

D'où et sans frontière

D'une fille de joie

Qui maquille ses paupières

 

De l'ode des soupirs

J'en viens, je veux en rire

Et sans plus défaillir

Je t'offre mon sourire

 

De l'ode des soupirs

J'en viens, je peux en rire

Et sans plus me trahir

Je vous offre mon sourire

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 23:00

DSCF8914.JPG

 

 

 

Et si je dis que je ne cherche plus

Me croiras-t-on

Me croiras-tu?

 

Parce que je découvre chaque nuit

Que rien ne manque à mes envies

Que je respire sans sentiment

Mais que je ne mens plus en soupirs

Et que je me fie au dedans

Quand le dehors me fait souffrir

 

Et si les mots ne me fuient plus

C'est peut-être que je les délaisse

Et si les maux ne m'ennuient plus

C'est peut-être qu'un peu je progresse

 

Alors bien sur rien n'est joué

Car le je est de s'accrocher

Inlassablement mais plus si lascive

Pourtant

 

Il serait simple de m'écrier

Je suis guérie!

Un mois et demi de célibat

Même pas un drame

Juste un constat

Si je me sens bien en ma seule compagnie

C'est ptêtre que je suis pas si pourrie!

 

Alors voilà j'en suis là

Quelque part entre moi et moi

Je m'y sens bien

M'en voulez pas

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2012 7 22 /07 /juillet /2012 22:03

3018212249_06a2113a7d.jpg

 

Comme une envie de vivre ce soir

De balayer l'ombre des idées noires

De sentir l'air doux qui entre par ma fenêtre

L'été qui a enfin décidé de s'y mettre

 

Comme une envie de m'enivrer sans boire

De m'abreuver d'amour et de liesse

Qu'importe le fond de mon lit d'histoire

S'il ne me reste que la hardiesse

 

Comme une envie de croire sans voir

Pas besoin de preuve je sais, je suis

Un peu moins qu'hier et plus aujourd'hui

Que demain sera fidèle à moi-même

 

Comme une envie de relever la tête

D'assumer le rôle dont je m'apprête

De ne plus craindre la peur

Qui ne m'évite pas les dangers

 

Comme une envie de rire ce soir

Car l'inutile n'est futile que sans un sens aiguisé

Et que l'avenir sent le muguet

Alors si délicat fut-il je me distille...

 

Dans l'à peu près

Partager cet article
Repost0
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 20:35

4435440491_ba4ffc8837.jpg

 

Hummmm

Tendresse, faiblesse...

Assucrément que oui!

 Mais c'est si bon...

 

Comme un n'est-ce quick que l'on savourerait juste en raclant le chocolat au fond de la tasse

Comme un soulagement quand on sait qu'on passe

Comme un murmure apaisant après une nuit de fête

Comme une caresse ténue sur une poitrine offerte...

 

Charnel, concupiscence

Ne font pas la paire avec abstinence

Pourtant la volupté n'est pas une sinécure

Quand on confond l'amour avec la nourriture

 

Ne vous méprenez pas!

Moi vicomtesse innocente

N'oserait y songer

Si le songe d'une nuit d'été ne venait à

M'enflammmer!

 

Oui sans doute trop de aime et pas assez de n, mais quand à ma peine

Elle jette un ballon rouge en l'air

Le rattrape...

Le relance...

Le rattrape...

Le relance...

 

Vous avez compris la danse!

 

 

Un pas de deux que je joue seule,

L'oeil espiègle

Le dos nu

Comment ça on ne m'y prendra plus?

 

Chut!

 

Vous n'avez encore rien vu...;)

Partager cet article
Repost0
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 20:04

6084482389_5160f05dfd.jpg

 

Les sens de l'essence sont abstraits

Les sens dévient ce que l'essence du déviant encense

Pourtant, l'essence prend son sens dans l'absence

Pense!

Plein d'essences enivrent les sens qui se saoulent d'essentiel

Mais laissont le ciel où il est


La subsistance à outrance

Mine les sens de l'insouciance

D'où l'essence pour s'évader!

Et même là, on frôle l'indécence

Panne d'essence dans cette vie ou tout est non-sens

Les sens suprêmes à rudes épreuves s'abreuvent

Voilà que l'existence prend tout son sens par l'essence

Décadence


Imprudence aussi

Car les sens enragés font de l'essence un danger


Liquide froid et brûlant

Les sens s'immolent en glaçant le sang

Vertu, décence, sont l'essence du sens!

Du moins c'est le sens que certains lui donne

C'est à en perdre le sens pour un sans cible

Et ne parlons même pas du sentimental bidon

Pour qui l'essence de la vie se trouve souvent à sec

 

Moi

Je fais confiance à mes sens

Et si l'essence ne va pas dans mon sens

Je choisi que mes vies dansent dans le non-sens

N'en déplaise à prudence et ses copines...

 

Partager cet article
Repost0
5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 22:20

409510921_8b162a8c0a.jpg

 

Je tourne pas rond


Tu sais que quelquefois je me sens folle éperdue

Est-ce que tu me pardonneras


Je tourne pas rond

Tu sais que quelquefois je me mens loin de toi

Dis est-ce que tu t'éloigneras de moi


Je tourne pas rond


Sur l'amer hier je me sens apaisée

Dis est-ce que tout ça va rouler


Je tourne pas rond


Pour habiller la folie rude de mon pieu

Moi qui ne sais qu'être heureuse


Je tourne pas rond sans toi


Tu sais que quelquefois je meurs de foi


Je tourne pas rond sans toi


Tu sais que quelquefois je meurs de froid



Burn around


Every blow and end I get a little bit stress and I scream of something wild


Burn around


Every blow and end I get a little bit express and I'm flying like a wild in your arms


Burn around


Every blow and end I get a little bit hungry and I know I've got to let out and dry


Burn around


Every blow and then I get a little bit satisfied but then I see the book in your lies


Je tourne pas rond sans toi


Tu sais que quelquefois je meurs de foi


Je tourne pas rond sans toi


Tu sais que quelquefois je meurs de froid


Mais j'ai tant de besoins de toi

Et j'ai tant de craintes de t'avoir

Je veux tomber dans tes draps

Je voudrais coucher dans l'émoi


On s'absente dans les règles du je

Que l'on hait tout les deux


Ensemble nous n'irons sans doute pas très loin

Je te ferais de l'ombre

Si tu ôtes ta main


Rejoins-moi si je monte je serais ta lumière

Si vaine est notre ronde j'ai la tête à m'en faire


Je prendrais peu soin de toi


Si le vin comme on sait le boire

Si le vin comme on sait le boire


Il était une fois, une femme pas sérieuse

Peut-être un ptit peu trop pouilleuse

L'ennui si j'en meurs tu as toutes les croix sur mon heurt

Si le vin comme on sait le boire


Once upon a time there was night in my wife
But now there's only above in the stark
Nothing I can play
A total eclipse of the hurt

A total eclipse of the hurt


Mais j'ai tant de besoins de toi

Et j'ai tant de craintes de t'avoir

Je veux tomber dans tes draps

Je voudrais coucher dans l'émoi


On s'absente dans les règles du je

Que l'on hait tout les deux


Forever we can take me to the plane of the line
Your love is like a mirror on me all of the mind (all of the mind)


Rejoins-moi si je monte je serais ta lumière

Si vaine est notre ronde j'ai la tête en enfer

 

I really quit you tonight
For fever gonna start tonight

S'il est vain comme on sait le voir

 

Il était une fois, une femme pas sérieuse

Peut-être un ptit peu trop pouilleuse

L'ennui si j'en meurs tu as toutes les croix sur mon heurt


A total eclipse of the hurt

S'il est vain comme on sait le voir


Regarde-moi, voit dans tes peurs...

 


 

 

Bon c'est une sorte de remix/parodie de cette chanson que j'aime beaucoup, pour ceux et celles qui parlent pas bien l'english, je vous conseille Google traduction grâce à quoi j'ai pu me dépatouiller, et si même avec ça vous comprenez pas tout, vous inquiétez pas c'est normal...

Je vous rappel que je tourne pas rond! :)

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 13:09

(Pompée sur Marc Aurèle...)


 

 

Que la force nous soit donnée de supporter le changement et le courage de changer ce que l'on ne peut supporter, mais aussi la sagesse d'accepter l'un et l'autre...

 

 

 

Je vous souhaite une année bienveillante et bouleversante, mais sûrement pas catastrophique...

Gros bisous les z'amis!!!

 

 

6572611189_7322a39144.jpg

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 02:50

4346885897_13b13479cc.jpg

 

Je gratte les fonds de tiroirs

Et sors quelques poussières de mots

Déchets de mémoire

Où persistent des graines d'idéaux

 

Cherche un vers où noyer des trous noirs

Une ombre de lumière

Qui éclipserait l'espoir

Parce que vivre le baume au coeur

Ne nourrit pas les maux

J'ai faim à pas d'heure

Et affleure de peau...

 

Je ne veux pas déprimer

Je ne veux pas l'oublier

Je veux seulement m'exprimer!

Et puis...ben je fume

 

Ouais je sais rien d'original en fait...

 

I'm not worry, just happy now!

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Cecyle
  • : Quelques moments de ma vie en poésie, les bons, les mauvais...tout ce qui me passe par la tête!
  • Contact

 

Hey salut!

Bon à savoir

 

 

Entre CE QUE JE PENSE,

CE QUE  JE VEUX DIRE ,

CE QUE JE CROIS DIRE,

et CE QUE JE DIS,


et CE QUE VOUS VOULEZ ENTENDRE,

CE QUE VOUS ENTENDEZ,

CE QUE VOUS CROYEZ COMPRENDRE,

CE QUE VOUS VOULEZ COMPRENDRE,

ET CE QUE VOUS COMPRENEZ,

il y a au moins neuf possibilités de

NE PAS S'ENTENDRE. 


 
Bernard Werber

Ma fil aux os phy

 

 

  

      Un but ne parait

 

  jamais

 

plus loin  

 

que lorsqu'on

 

n'essaie pas

 

de l'atteindre          

 

 

 

 

 

 sceau1

http://www.copyrightdepot.com/cd12/00048921.htm

bonial – horaires et promos – moins de co2