Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 15:11

4462407414_a7e91217bd.jpg


Ça commence par les yeux
Qui se troublent peu à peu
La respiration saccadée
Les mots peine à se prononcer

On croit soûl âgé nos peines
Où plutôt les noyer
Elle décuple la haine
Et des truies les foies yeah!

La bouteille est vie scieuse
Elle sait sain crue se tait
Une fou tue ambitieuse
Dure à oublier

Axe et cible à tous
La plus cour hante des drogues
Si elle d'or la belle d'où ceux
Si frais quand te allah mort gueux

Pire que les rots in
Où bien le elle est-ce dés
Hypocrite copine
Qui nous fais des CD

Si vite un dix pense sable
L'un vite est prince si pâle
Achat qu'une de notable
Tradition incesteral

Plus l'envie de se battre
Elle pousse au renom se ment
D'un ver on passe à 4
Une fuite en à vent

Pour moi c'est fini
Je tourne cette page
Je reprend ma vie
Qu'importe les dérapages

Je serais lu cid
Avec toi mon coeur
Fini les livides
Place aux bonnes heures

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2009 6 28 /11 /novembre /2009 06:08




Cet Hiver sera froid et rude,
Mais mon coeur lui est au Printemps,
S'ouvre enfin un nouveau prélude,
D'un avenir étincelant,
Pas vraiment de raison à cela,
J'ai juste décidé d'innover,
Une envie de faire une croix,
D'en finir avec mon passé,
Quelque chose en moi s'est apaisé,
Même si tout n'est pas terminé.

Après des années de pratique,
Voilà que je change de technique,
Plus envie de me voiler la face,
Mais plutôt de trouver ma place,
Dans mon esprit autant de doutes,
Désormais je suis à l'écoute,
Du temps il va m'en falloir,
Il me faut pourtant y croire,
Faire confiance en mon instinct,
Et ne plus penser au destin.


Chacun est maître de sa vie,
Et ce n'est pas que de la poésie,
Les choses vécus dans le passé,
Peuvent nous servir à avancer,
Autant qu'à se laissé aller,
Et sur son sort s'apitoyer.

Cela fait 3 mois de ça,
Que j'exorcise cette souffrance,
Trop longtemps contenu en moi,
Un noir et sinistre silence,
Et voilà que je m'aperçois,
De la place et de l'importance,
Qu'a pris en moi toute cette violence,
Que les adultes ne voyaient pas,
Où traitaient dans l'indifférence,
Ils n'ont pas compris le combat,
Qui m'a volé mon enfance,
Ils n'ont pas compris mes et moi?
Mis sur le compte de l'adolescence,
Ils n'ont pas compris mes émois,
Ils n'ont pas vu mon errance.

Pourtant je criais au secours,
A croire qu'ils préféraient être sourds,
Alors j'ai étouffé en moi,
Jusqu'à ce que ce soit trop lourd,
Il m'a fallu faire un choix,
Trouver une issue de secours,
Tout ça n'est qu'un triste constat,
D'une petite fille en manque d'amour.

Il est leur de changer,
Il est mon heurt d'oublier,
Il est l'heure de tirer un trait.

Enfin je vide mon sac,
J'avoue que j'ai un peu le trac,
J'ai trouvé une oreille attentive,
Pour lâcher ma verve vive,
J'ai enfin trouvé les mots,
Pour me libérer de mes maux.

Car après l'avoir tant écris,
Il faut que je le dise aussi,
Que je le crie, que je le hurle,
Pour qu'hors de moi je l'expulse,
Je dois repartir à zéro,
Reconstruire mes idéaux,
Sortir de ma sinistrose,
Et distiller à petite doses,
Du positif, du constructif,
Finis les textes dépressifs,
J'aborde ce monde avec méfiance,
Mais je crois en ma délivrance...

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 22:39



L'une d'elle est un peu peureuse,
Une autre est une douce rêveuse,
Il y en a une qui est charmeuse,
Et une autre carrément dragueuse,
Mais aucune d'elle n'est vraiment amoureuse...

L'une d'elle cherche des repères,
Une autre voudrait un vrai père,
Il y en a une avec un fort caractère,
Et une autre qui sans cesse espère,
Mais aucune d'entre elle ne persévère...

L'une d'elle est toujours joyeuse,
Une autre est un peu menteuse,
Il y en a une qui est curieuse,
Et une autre qui sait qu'elle est chanceuse,
Mais aucune d'elle n'est vraiment heureuse...

L'une d'elle aime danser et chanter,
Une autre combat sa timidité,
Il y en a une qui voudrait se barrer,
Et une autre qui sait qu'elle doit rester,
Mais aucune d'elle ne se sent aimée...

L'une d'elle est une rebelle,
Une autre se dit demoiselle,
Il y en a une qui se sent belle,
Et une autre qui cherche l'étincelle,
Mais aucune n'est vraiment sûr d'elle...

L'une d'elle aime avoir raison,
Une autre est accro aux garçons,
Il y en a une qui est un poison,
Et une autre qui se sent en prison,
Mais aucune d'elle n'accepte de pression...

L'une d'elle est complètement folle,
Une autre veut que tout soit sous contrôle,
Il y en a une qui se croit drôle,
Et une autre qui sniffe de la colle,
Mais aucune d'elle n'a le beau rôle...

L'une d'elle a toujours le sourire,
Une autre voudrait juste mourir,
Il y en a une qui voudrait fuir,
Et une autre qui éclate de rire,
Mais aucune d'elle ne voit l'avenir...

L'une d'elle n'est en fait qu'un murmure,
Une autre trouve que la vie est dure,
Il y en a une qui se croit mûre,
Et une autre qui a une âme pure,
Mais aucune n'a vraiment de futur...

Souvent elles se tapent dessus,
Même si ça passe inaperçu,
Tour à tour elles s'emparent de moi,
Selon les gens que je côtoie,
Ce n'est pas moi qui les choisit,
Mais j'ai mon mot à dire aussi,
De temps en temps j'essaie de lutter,
Mais il m'arrive rarement de gagné,
Alors j'écoute et je compose,
Sans cesse je me métamorphose,
Ma vie est loin d'être morose,
Il ne me manque que peu de chose,
Pour que je la voie en rose...
(Pour que je fasse une overdose...)

L'une d'elle croit encore à l'amour,
Une autre pense qu'elle en a fait le tour,
Il y en a une qui tourne court,
Et une autre qui sans arrêt cours,
Mais l'une d'entre elle vaut peut-être le détour...
(Mais aucune d'elle ne vaut le détour...)
 

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 09:08




Je voyage chaque nuit,
Au pays de l'Insomnie.

J'y fais des rencontres étranges,
Quelquefois ce sont des anges.

Ils voient la lumière allumée,
Alors ils viennent boire un café.

On parle de tout et de rien,
Souvent jusqu'au petit matin.

Ils me racontent leur boulot,
Et c'est loin d'être de tout repos!

Les gens font beaucoup de conneries,
Et mettent en péril leur vie.

L'autre jour une demoiselle,
S'est senti poussée des ailes,
Quand en s'endormant au volant,
Elle faillit mourir à 20 ans.

Ou encore ce jeune imbécile,
Fou amoureux d'une fille,
Il s'est prit pour Roméo,
La damoizelle vivant trop haut,
Il a grimpé en haut d'un arbre,
Cela aurait pu être macabre!




D'autres fois ce sont des démons,
Qui rodent autour de ma maison,.

Ils attendent que je m'endorme,
Pour que mes rêves se transforment,
En cauchemar vraiment flippant,
Alors je résiste je serre les dents!

Quand enfin m'emporte le sommeil,
Plus rien alors ne me réveille,
Mon corps avide de repos,
Me retient de me lever tôt!




J'ai quand même droit à quelques trêves,
Malheureusement bien trop brèves,
Quand je m'endors dans les bras d'un homme,
La seulement je m'abandonne,
Dans un paisible sommeil profond,
Et putain, c'est ça qu'est BON!

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2009 4 08 /10 /octobre /2009 01:15

 

336294061_be442b216f.jpg





A Paris tout est gris,
Et y a pas que moi qui le dis.
J'y ai passé mon enfance,
Et quand parfois j'y repense,
Je me dis qu'avec cette grisaille,
Pas étonnant que tout le monde râle,
Ça affecte même le moral,
Le pire c'est de croire que c'est normal.

Ici les gens sont stressé, pressé,
Ils courent après le temps mais sont pas près de gagner...
Ils se crient dessus et s'engueulent,
De Levallois jusqu'à Verneuil,
Sans oublier la banlieue Nord,
C'est peut-être même eux qui crient le plus fort.
Et même dans le 77,
Partout ils se prennent la tête.

Certains prétendront que j'abuse,
Que quand même ici on s'amuse,
Mais je crois être bien placée,
Pour pouvoir vous en parlez.
Car pendant 10 ans j'ai écumé,
Les pubs, les boites, beaucoup de soirées,
J'ai toujours eu le même sentiment,
Même si j'avoue que des bons moments,
J'en ai vécu et encore maintenant.
C'est pas que je suis rancunière,
C'est vrai que j'ai eu des tas de galères,
Mais j'oublierais jamais non plus,
Les gens géniaux que j'y ai connus...

Je reconnais le côté culturel,
Et puis cette ville est éternelle,
Il n'empêche que je n'y retournerais pas,
Car à St Nazaire, je me sens chez moi.
10 min de la plage et de la nature,
On m'aurait dit ça il y a 5 ans,
J'y aurais pas cru, c'est sur.

Mais avec le temps,
Mes besoins ont bien changés,
Non pas que je m'encroûte,
Mais sans aucun doute,
J'avais envie de me poser,
Respirer un peu, décompressé.

Offrir à mes enfants, la vie que je n'ai pas eu,
Bien sur comme toute maman, je risque d'être déçu,
Car on trouve toujours à reproché,
A nos parents, on leur en fait bavé.

Mais bon pour le moment, je m'accroche à mon idée,
St Nazaire j'y suis et je pense bien y rester...





Partager cet article
Repost0
2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 20:35





Je mène une double vie.
Il y a la cecyle qui rit.
Et la cécile qui crie.

La vie que je mène avec mes amants,
Et celle qui m'entraîne dans tout mes tourments.
D'un côté je suis une maman,
De l'autre je cultive mon côté enfant...

Laquelle je préfère, me demanderez-vous?
A cette question, il faut que j'avoue,
Que sans l'une ou l'autre je ne serais plus rien,
Et que pas un jour ne passe sans que j'ai besoin,
De changer de visage, alterner mon image.
Passé de la folle à la jeune fille sage.

Le problème étant que quand ces deux mondes,
Se rencontrent, ils forment, une bouillie immonde.
Parfois je m'y perd, c'est symptomatique,
J'ai de mauvais repères, je m'autocritique,

Parce qu'au fond de moi je sais,
Que ce besoin de pairs,
Provient en vérité,
D'un manque de mer...

Partager cet article
Repost0
28 août 2009 5 28 /08 /août /2009 01:06



Pour toi qui lis ces lignes,
Pour toi qui les sens vivre ,
Quel que soit l'écho,
Quelles provoquent,
Dans ton coeur ou ton âme,
Entretiens cette flamme,
Ne craint pas ceux qui se moquent,
Ils ne sont que vipères,
Dans leurs mondes de chimères,
Et ne peuvent ressentir,
Ce que toi et moi tentons de décrire...

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Cecyle
  • : Quelques moments de ma vie en poésie, les bons, les mauvais...tout ce qui me passe par la tête!
  • Contact

 

Hey salut!

Bon à savoir

 

 

Entre CE QUE JE PENSE,

CE QUE  JE VEUX DIRE ,

CE QUE JE CROIS DIRE,

et CE QUE JE DIS,


et CE QUE VOUS VOULEZ ENTENDRE,

CE QUE VOUS ENTENDEZ,

CE QUE VOUS CROYEZ COMPRENDRE,

CE QUE VOUS VOULEZ COMPRENDRE,

ET CE QUE VOUS COMPRENEZ,

il y a au moins neuf possibilités de

NE PAS S'ENTENDRE. 


 
Bernard Werber

Ma fil aux os phy

 

 

  

      Un but ne parait

 

  jamais

 

plus loin  

 

que lorsqu'on

 

n'essaie pas

 

de l'atteindre          

 

 

 

 

 

 sceau1

http://www.copyrightdepot.com/cd12/00048921.htm

bonial – horaires et promos – moins de co2