Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 22:50

Mots à insérer:

 

Chandelier; Manufacture; Déception; Polochon; Cameraman; Rebelote; Maturité; Chance; Infinitif; Prince; Olive; Monstruosité; Cécité; Bonjour; Martini; Sauvagerie; Entourage; Évidence; Piscine; Distorsion.

 

 

5318718622_3e2febfbec.jpg

 

Cécyle (erre):

 

L'obscurité était totale, la lueur du chandelier m'apporta un semblant de réconfort.

Je ne sais comment j'avais échoué dans cette manufacture désaffectée.

Peut-être était-ce du à ma dernière déception sentimentale, encore un prince de pacotille, rebelote!

Je dois être atteinte de cécité amoureuse pour qu'un simple bonjour se termine dans une telle sauvagerie!

Un cameraman doté d'un entourage amateur de bataille de polochon m'indiquait pourtant clairement son manque de maturité.

Il m'aborda alors que je sirotais un Martini au bord de la piscine de l'hôtel.

A ma manière de déguster l'olive, il ne pouvait se méprendre sur le désir qu'il m'inspirait...

A l'évidence, ce fut réciproque. Après une nuit pourtant torride, une distorsion se créa.

Rien qu'à son parfum "Infinitif", j'aurais du comprendre...

Par chance, sa monstruosité n'avait d'égale que son éloquence, et c'est le coeur envahit de maux que je marche vers ma fin.

J'aurais pu devenir nonne mais cela aurait été trop de travail.

Comme toujours les histoires de cul font mâle...

 

 

 

 

Olive (feu):

 

J'ai beau creuser, la manufacture de chandelier ne m'inspire pas!

Quelle déception!

J'aimerais qu'une bonne vieille bataille de polochon m'inspire mais non plus!

Peut-être un manque de maturité.

Peut-être un manque de chance.

Je n'y crois guère.

Et rebelote!

J'ai peur de faire d'une monstruosité un prince atteint de cécité qui ne saurait que dire bonjour!

Et rebelote!

Je m'enferme dans une sauvagerie dans laquelle n'ont droit que les Martini et les évidences!

Quelle déchéance!

Je crois que je devrais écouter mon entourage qui m'encourage à aller à la piscine quand le moi Olivia est en mode distorsion avec le moi Olive.

Quoi qu'il en soit, je sais que mon prince saura m'aider à me rassembler, que je sache ou non maîtriser l'infinitif...


 

Manu (eau):

 

Ce jeune prince qui n'a pas deux chances, tomba dans cette piscine d'évidence.

Bonjour Olive, ta cécité est une déception pour ce caméraman, tu es une monstruosité pour ton entourage, c'est une évidence.

Il pris le chandelier, et rebelote, d'une sauvagerie à l'infinitif, il frappa avec maturité, à coups de polochons à distorsion, le directeur de la manufacture "Martini".

 

Nono (Dieu):

 

Oh! Bonjour monstruosité, maudite distorsion, évidence d'un reflet infinitif au bord de la piscine qui me rappel la sauvagerie de mon entourage, leur olive tremper dans leur Martini...

Bordel!

Fausse lueur sorti d'un chandelier sorti d'une fausse manufacture...

Un polochon devant les yeux marquant toute votre cécité...

Oh! Prince cameraman...

Quelle maturité la chance que t'accorde ma déception.

Alors...

Belote-

Rebelote...

Je me fous bien du 10 de der...

 

 

Martine (psy):

 

Un chandelier dans une manufacture crée une grande déception au cameraman à la recherche d'un scoop.

Et rebelote, chance, malchance, son entourage est de toute évidence en quête de maturité.

Prince de l'Afrique où la monstruosité, la sauvagerie, règnent dans la savane.

Cher cameraman, oublie le Martini, l'olive, le polochon et la piscine qui ne sont pas de mise au fin fond de la brousse!

Bonjour l'avenir d'un matin sans fin, cécité; oh non distorsion de la ligne de la région! Ou suis-je, que suis-je?

Mais simplement un cameraman de reportage en Afrique, seulement l'infinitif de l'amour!

 

 

 

Pour notre excuse, il était environ 2h du matin, le 1er Janvier 2011...et pas mal d'alcool plus tard...;)

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2011 2 11 /01 /janvier /2011 18:35

En provenance de chez mon amie Ejiom un texte que j'ai beaucoup aimé et qu'elle m'a permis de partager...Au passage, allez lui rendre visite: www.ejiom-over-blog.com

 

 

Il était une fois un vieil homme assis à l'entrée d'une ville du Moyen Orient. Un jeune homme s'approcha et lui dit :

- Je ne suis jamais venu ici ; comment sont les gens qui vivent dans cette ville ?

Le vieil homme lui répondit par une question :
-Comment étaient les gens dans la ville d'où tu  viens ?
- Egoïstes et méchants. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle j'étais bien content de partir, dit le jeune homme.
Le vieillard répondit :
- Tu trouveras les mêmes gens ici. 

Un peu plus tard, un autre jeune homme s'approcha et lui posa exactement la même question.
- Je viens d'arriver dans la région ; comment sont les gens qui vivent dans cette ville ?
Le vieil homme répondit de même :
- Dis-moi, mon garçon, comment étaient les gens  dans la ville d'où tu viens ?
- Ils étaient bons et accueillants, honnêtes ; j'y avais de bons amis. J'ai eu beaucoup de mal à la quitter, répondit le jeune homme.
- Tu trouveras les mêmes ici, répondit le vieil homme.

Un marchand qui faisait boire ses chameaux non loin de là avait entendu les deux conversations. Dès que le deuxième jeune homme se fut éloigné, il s'adressa au vieillard sur un ton de reproche :
- Comment peux-tu donner deux réponses complètement différentes à la même question posée par deux personnes ?
- Celui qui ouvre son coeur change aussi son regard sur les autres, répondit le vieillard. Chacun porte son univers dans son coeur...

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 21:27

5061204560_3074461f1c.jpg

 

 

Une famille de morceaux

A classer en couleurs

Que ce soit tard où tôt

On expose les douleurs

 

La distance est là

Mais la trilogie existe

Alors ne faut-il pas

Reconstruire cette piste?

 

La guerre de 100 ans

A déjà eu lieu

Attendons-nous vraiment

D'être aussi vieux?

 

Le recul est bénéfique

S'il sert à avancer

Est-ce vision utopique

Contre fierté mal placée?

 

Dans notre humanité

Nos défauts sont réels

A trop se faire désirer

On en devient cruel

 

C'est avec insistance

Que l'amour se manifeste

Malgré la résistance

De la peur qui proteste

 

Solitude bienveillante

Où l'on se préserve

Ou passé qui nous hante

Mensonge de réserve

 

Rancune et bien-être

Ne font pas bon ménage

Un désir de paraître

Sur fond de mariage

 

La peine est partagée

Condamnées sans appel

La gêne est encouragée

Car damnées elles

 

Le coeur est lourd

Mais la main reste tendue

En attendant ce cours

De temps suspendu...

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 22:46

4945281070_8622d45803.jpg

 

 

Dans la main logée

La plaie est mince

Le sang s'égoutte

La douleur lancinante

Surprend et dégoutte

Pour une si simple égratignure

 

On gratte, on appuie

Tente de sortir l'intrus

Ça suinte, on gémit

On a pas fière allure

Le bobo n'est rien

Tant que l'humiliation

De faire d'un petit crin

Une telle obstination

 

On charcute en profondeur

Elle s'accroche de plus belle

On se plaint, on s'énerve!

Mais elle persiste et saigne...

 

Les ongles, la pince à épiler

On y est presque

Mais non encore raté...

 

On souffle un bon coup

Le calme revient

Alors tout doucement

On se penche sur sa main

On la prend, on l'observe

Délicatement

Les lèvres se posent

Sur l'objet de souffrance

Du bout des dents s'opère

Enfin la délivrance!

 

On exulte, on rit

D'avoir tant bataillé

Pour un si petit morceau

De bois mal taillé

On le crache, on se moque

Mais au fond de la bouche

Reste un goût métallique

En souvenir farouche

D'une guerre sans ennemi

Livrée contre nous-même

Dont la souche est profonde

Et la haine souterraine

 

D'une graine immonde

Au terreau sans merci

L'image est tordue

La rêveuse l'est autant

Mais le réveil perdu

Est du genre insistant

 

Je suis à la bourre comme d'ab

Mais mieux vaut retard que néant

C'est ainsi que s'ouvre la première page

De mon nouveau roman

L'avenir est présent...

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 03:09

3952560195_1b9466d014.jpg

 

 

Tatillonne et tentée

Par la tasse sans le thé

Je truque le temps

Et teste le ton

Tapage troublant

Sur tribulation

Ça t'étonne?

Traître sous tutelle

Dans la tablature

Toi t'excelles

Alors que je titube

Terriblement.

 

A table je triture

Et trouble est le tube

Terrifiant.

 

Je tiens ce teint

Tout tuméfié

D'un testament

Où le technicien

Tyrannise et tue.

 

Le tortionnaire tire

La timbale de tri

Et tout se taille

Sans tuerie

 

Tribunal d'un totem

Ou le tribal est tentation

Titillé de trouble

Terminus!

 

Si terre à terre

La tarte est terne

Mais talentueuse

Une tache tannée par le temps

 

Tactique d'un toc

Timide et toqué

Dont le triptyque

Est la tablée

 

Terreau troué

La truelle des tonnes

Tintinnabule

Et le total se tait

Trace d'un taquet

Ou le tic se tend

Terrasse d'un  troquet

Ou tous nous trinquons!

Au thématique tyran

Textuellement.

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2011 6 08 /01 /janvier /2011 03:58

Ok!!!

J'ai voulu tester un truc!

Depuis quelques temps, sur face de bouc avec des amis, on se fait des délires vidéos!

J'ai eu envie de vous en partager l'une d'entre elles....

Vous me direz ce que vous en pensez, et si vous voulez que j'en balance d'autre....ou pas!

Bon je suis pas vraiment sur de mes talents de comédiennes, mais l'idée de départ est de faire rire!

En se moquant de nous-même, ou des personnages qu'on peut créer...

Je vous préviens, je suis quand même un peu timide...j'ai super la trouille de vos réactions (ou absence de réaction)

Alors SVP soyez gentils mais honnêtes!

Mon but n'est pas de devenir comédienne juste amuser la galerie, et pour une fois j'aimerais avoir l'avis de gens qui ne me connaissent pas en "réel".

Voilou!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 20:10

3668626237_fd7533afee.jpg

 

Mon stylo prend la rouille

Et la feuille jaunie

Envahie par la trouille

De la source tarit

La période de latence

S'étire à outrance.

 

Un drôle de labyrinthe

Où pour corser le jeu

J'avance les yeux bandés

Et suis le fil de mes idées

Aux intuitions délirantes

 

Les évènements se suivent

Mais ne se ressemblent pas...

 

Je suis bouleversée

Dans mon bowling mental

Je fais des rêves insensés

Suivis d'un réveil brutal

Épuisée mais vivante

J'aspire à l'harmonie

De ma passion démente

Ma seule philosophie

 

Tarot divinatoire

Pour tromper l'ennemi

De l'incertitude notoire

Qui illustre ma vie

 

Je me gave de lecture

Sans risque d'indigestion

Cherche l'air pur

Entre deux questions

 

Pièce par pièce

J'accomplis le puzzle

Rien ne presse

J'y arriverai seule

 

Ma confiance est en vadrouille

Elle s'est fait la malle

Avec persévérance

Alors j'ai choisie l'escale

Mon encre je mouille

Dans un vide d'existence

 

Je suis le vent contradictoire

Et guette le tournant

Où reprendra mon histoire

Apaisant le volcan

 

De nature compliquée

Mais je ne crois pas au destin

Je cherche sans douter

Les feutres de mon dessin

Et quand j'aurais trouvé

L'ébauche du chemin

J'en ferais bon usage

Délestant avec entrain

Le poids de l'héritage

 

Patience oblige

Le Yi King me l'a dit

Mes défauts je corrige

Et de nouveau j'écris...

Partager cet article
Repost0
28 décembre 2010 2 28 /12 /décembre /2010 22:16

Mots à insérer:

 

 Beauté; forêt; dédaigneuse; éloge; alchimie; marelle; fourchette; misogyne; loquace; spirituel; vilipender; profondeur; melting pot; bravache; vociférer.

 

5255891662_bdb0bcfa4f.jpg

 

 

 

Cécyle (erre) :

 

 

Cette nuit, je me suis perdue dans la forêt des esprits loquaces.

Un ami misogyne m'en avait fait l'éloge mais c'est sans illusions que je m'avance en ce lieu.

Pour y accéder une marelle.

Du ciel vers les profondeurs spirituelles de la terre.

Je suis d'humeur bravache et ne crains pas les branches qui entravent mon chemin.

Je débouche enfin sur la clairière du Melting Pot et la beauté qui s'en dégage me subjugue.

Le temps que l'alchimie s'estompe, je redeviens dédaigneuse et fière.

Alors! Au coeur de ce trouble qui m'étreins, je vocifère à l'adresse de ces maestro de bois et vilipende leur inertie.

Cette belle fourchette d'imbécile ne m'offrent en retour qu'un silence contrit.

Ma voix se fêle et se brise contre leurs troncs imperturbables.

Et c'est sereine que je quitte cet autre univers.

Je rentre chez moi, retrouve mon mari et mes enfants, le sourire aux lèvres, je respire le changement.

Mon homme m'observe, me fait tournoyer, me parle de mes cheveux sur un ton enjoué...

Je rougis et l'embrasse puis retourne à mes devoirs de maîtresse de maison.

 

La paix d'un foyer repose quelquefois sur une infirmité.

Du silence peut naître le plus mélodieux des bruits.

 

 

Olivia (feu):

 

 

La dernière fois que j'ai joué à la marelle j'ai vilipendé un misogyne et ça a fini à coups de fourchette dans l'oeil!

Ce n'est pas parce que je paraissais dédaigneuse, qu'il fallait qu'il casse mon énergie avec la forêt!

Je l'aime la forêt!

Là, tout n'est que beauté, un vrai Melting Pot d'hêtre à être et d'être étant.

Ok! Je suis loquace en non-profondeur sur cette super partouze textuelle, mais quoi de mieux qu'un éloge presque spirituel où pour une fois je ne vociférerais pas d'un air bravache!

 

 

Manu (eau):

 

 

D'une beauté dédaigneuse, elle fit l'éloge de cette forêt loquace, alchimie spirituelle, profondeur d'un instant bravache vers cet arbre misogyne aux branches en forme de fourchette. Vociférer ne sert à rien dans cette forêt de Melting Pot, je préfère vilipender la marelle qui ne me fais pas peur...

 

 

Vito (terre):

 

 

Dédaigneuse beauté de la forêt, certains font son éloge, d'autre sont moins loquace à son sujet.

L'alchimie entre ses amoureux et ses tristes misogynes crée un fameux Melting Pot où les plus bravaches vocifèrent, les autres se font vilipender pour finir dans un jus de viande.

Diamant de terre, de tes profondeurs tu déclenches de véritables guerres.

Devant cet affligeant spectacle, tout le monde s'offusque.

Ne craignant que la fourchette, la truffe se mare, elle...

 

 

 

Martine (psy):

 

 

La beauté de cette forêt dédaigneuse, par une nuit de pleine lune crée une atmosphère embuée de mystères.

A l'orée de ce bois, une jeune femme hésite, une fourchette à la main, terrorisée.

Un homme au regard haineux surgit de nulle part, il vocifère, vilipendant la frêle jeune femme apeurée.

Le monstre misogyne à l'air bravache, la contraint à affronter sa peur et elle se met à courir.

Elle s'enfonce alors dans les profondeurs...

 

Profondeur de son inconscient, de cette forêt? Où est la réalité?

Elle est une petite fille qui joue à la marelle dans la cour de l'école.

Que se passe-t-il dans sa tête, dans sa vie?

Un Melting Pot de souvenirs, de fragrances se ruent en elle.

Une voix s'élève, lointaine, mais limpide et ferme, la voix du surmoi, la voix de la loi.

Cette voix qui ne tarit pas d'éloge sur un frère, sur un autre...mais jamais sur elle.

Petite fille loquace qui pourtant ne doit que se taire.

Elle ouvre les yeux, la forêt, son père; elle titube, saisit la main tendue vers elle.

Une main rassurante, un regard serein dans lequel elle plonge, le suis.

Et là, à l'instant ultime, l'alchimie spirituelle s'installe entre eux.

 

 

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2010 6 18 /12 /décembre /2010 16:56

4849676712_668f41c3c3.jpg

 

 

 

Tout mes voeux de bonheur pour la nouvelle année

à vous qui me lisez (ou pas) et à bientôt!

Je déserte quelques temps, je prend des vacances de pc, je sais

pas quand je reviens...En même temps que ma bonne humeur sûrement et pour le moment la météo ne prévoit pas d'accalmie de déprime...Mais vous savez comment ça marche, ça peut prendre des jours, des semaines, des mois...Qui vivra verra!

Bisous

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 23:25

3648309558_07e43986d5.jpg

 

 

 

Si j'étais une fleur

Je serais une rose pleine d'épines

 

Si j'étais un insecte

Je serais un papillon

 

Si j'étais un fruit

Je serais une fraise des bois

 

Si j'étais une sucrerie

Je serais un arlequin

 

Si j'étais un arbre

Je serais un sapin

 

Si j'étais un personnage imaginaire

Je serais une sirène d'Homère

 

Si j'étais un légume

Je serais du gingembre

 

Si j'étais chanteuse

Je serais Zaza Fournier

 

Si j'étais chanteur

Je serais Mano Solo

 

Si j'étais un homme

Je serais un salop

 

Si j'étais un minéral

Je serais une falaise

 

Si j'étais un satellite

Je serais la lune

 

Si j'étais mégalo

Je serais le soleil

 

Si j'étais un mammifère

Je serais un chat

 

Si j'étais une fée

Je serais Clochette

 

Si j'étais actrice

Je serais Marion Cotillard

 

Si j'étais un jeu

Je serais le rubik's cube

 

Si j'étais une drogue

Je serais le LSD

 

Si j'étais un objet

Je serais une cigarette

 

Si j'étais un adjectif

Je serais insolite

 

Si j'étais un sentiment

Je serais la mélancolie

 

Si j'étais un fléau

Je serais le Sida

 

Si j'étais un gros mot

Je serais "Putain"

 

Si j'étais un alcool

Je serais le Whisky

 

Si j'étais un boulot

Je serais écrivain

 

Si j'étais un péché

Je serais la luxure

 

Si j'étais une philosophie

Je serais le boudhisme

 

Si j'étais un livre

Je serais "la nuit des temps"

 

Si j'étais une utopie

Je serais la paix

 

Si j'étais un vêtement

Je serais un gilet

 

Si j'étais un enfant

Je serais dans un conte

 

Si j'étais une immortelle

Je serais un vampire

 

Si j'étais une histoire

Je serais "la princesse au petit pois"

 

Si j'étais une chanson

Je serais "le tourbillon de la vie"

 

Si j'étais un dessin animé

Je serais Anastasia

 

Si j'étais une phobie

Je serais le vertige

 

Si j'étais un défaut

Je serais la curiosité

 

Si j'étais une folie

Je serais la schizophrénie

 

Si j'étais un ange

Je serais déchue

 

Si j'étais un évènement

Je serais éphémère

 

Si j'étais un chagrin d'amour

Je serais l'infidélité

 

Si j'étais une vie

Je serais parallèle

 

Si j'étais une mort

Je serais un suicide

 

Si j'étais un film

Je serais un navet

 

Si j'étais pas si paumée

J'aurais pu être quelqu'un de bien

 

Si j'étais qui je suis

Alors je ne serais plus rien...

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Cecyle
  • : Quelques moments de ma vie en poésie, les bons, les mauvais...tout ce qui me passe par la tête!
  • Contact

 

Hey salut!

Bon à savoir

 

 

Entre CE QUE JE PENSE,

CE QUE  JE VEUX DIRE ,

CE QUE JE CROIS DIRE,

et CE QUE JE DIS,


et CE QUE VOUS VOULEZ ENTENDRE,

CE QUE VOUS ENTENDEZ,

CE QUE VOUS CROYEZ COMPRENDRE,

CE QUE VOUS VOULEZ COMPRENDRE,

ET CE QUE VOUS COMPRENEZ,

il y a au moins neuf possibilités de

NE PAS S'ENTENDRE. 


 
Bernard Werber

Ma fil aux os phy

 

 

  

      Un but ne parait

 

  jamais

 

plus loin  

 

que lorsqu'on

 

n'essaie pas

 

de l'atteindre          

 

 

 

 

 

 sceau1

http://www.copyrightdepot.com/cd12/00048921.htm

bonial – horaires et promos – moins de co2