Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 juillet 2011 6 16 /07 /juillet /2011 02:14

 

 

A onze ans, on croit en tout!

Où en rien mais au fond c'est la même chose.

 

Alors, quand ce beau garçon vient s'asseoir près d'elle, lui décoche un sourire éclatant en la saluant, elle veut croire qu'elle ne rêve pas.

Il lui demande une cigarette qu'elle s'empresse de lui offrir.

En cachette, car en réalité elle est en cours, sortie de classe avec le collège, ils ont fait une genre de chasse au trésor dans le plus grand parc de la ville, puis ont échoués sur une grande place pour une pause déjeuner et un foot.

Les profs encadrant sont assis à l'autre bout et ne s'occupe pas d'elle pour le moment, ils boivent un café, sûrement en s'échangeant des anecdotes sur leur taf pourri.

Elle s'est posée 5 minutes, pour s'en griller une en douce, quand cet ange sorti de nul part a débarqué.

"Je m'appelle Tarek et toi?"

Elle bafouille son prénom, doit répéter car comme toujours, on le confond avec un autre.

 

Merde!

Une prof l'a repéré, elle doit retourner jouer.

Elle se lève à contre-coeur et rejoint les autres qui se disputent le ballon.

Adrien, le beau gosse de la classe (qu'elle aime en cachette, mais chut hein!) lui lance un regard mauvais et crie dans sa direction:

"Et si on faisait un foot massacreur?"

Le but de ce jeu débile est de faire passer la balle entre les jambes de quelqu'un, un petit pont quoi, si on réussit, toute l'équipe doit aller "massacrer" le malchanceux....

Pas de bol, c'est sur elle que ça commence, Adrien ne rate pas son tir, et en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, elle se retrouve à terre, rouée de coups de pieds et poing.

Elle n'a rien vu venir, 3 secondes plus tard, elle ne sent presque plus la douleur, tellement elle la submerge.

 

Bien sur les profs réagissent à peine et avec lenteur, Tarek est plus rapide, il attrape Adrien par son sweat et le soulève (il mesure bien 20 centimètre et 5 ans de plus) lui crache au visage et lui dit: "Mon gars, si je te chope dans la rue, je vais te faire ta fête..."

Puis il le pousse et vient aider la jeune fille à se relever.

Il l'a ramène sur le banc, pendant que les profs engueulent mollement ses camarades.

Elle remercie son sauveur, qui lui promet de s'occuper du cas d'Adrien, dès qu'il en aura l'occasion.

Puis, il lui donne rendez-vous le lendemain sur la place.

 

Quand elle rentre chez elle, elle ne marche pas, elle vole, ne sent même pas les bleus qui viennent fleurir sur son corps.

Son coeur bat la chamade à la seule évocation de ce prénom, qu'elle murmure comme une formule magique.

Elle ne dort pas cette nuit-là, imaginant un million de scénarios possibles et comptant les minutes qui la séparent de son prince...

 

Le lendemain c'est samedi, elle part de chez elle le plus tôt possible, prétextant un rendez-vous avec des copines.

Elle chausse ses rollers car la place est à l'autre bout de la ville, puis file rejoindre Tarek à tout allure.

Elle l'attend toute l'après-midi mais il ne vient pas.

Dès lors, tout les mercredi et les week-end, elle y retourne, espérant le revoir.

 

Elle se lie d'amitié avec un mec, Harry, 24 ans, avec qui elle passe ses journées sur un banc, à fumer des pétards et à philosopher.

Les grandes vacances approchent, elle les attends avec impatience, car elle pourra venir tout les jours.

 

Un matin, au bahut, Adrien se pointe après 2 jours d'absences. Il a la gueule en vrac, un beau cocard lui cerne l'oeil droit, ce qui ne l'empêche pas d'être le chouchou des filles, au contraire...

 

Elle apprend par lui qu'il s'est fait agresser dans la rue, bombe lacrymo et pétage de tronche en règle, par Tarek et un pote à lui. Elle a du mal à y croire, mais Adrien semble sérieux, il dit même qu'il a déposé plainte.

Son coeur qui s'était calmé depuis ce long mois sans nouvelles, reprend sa course effrénée!

 

Quelle ne fut pas sa surprise, un soir en sortant du collège, de tomber nez à nez avec Tarek, au coin de la rue, avec des grands de 3ème!!!

Il la reconnaît, l'a fait s'asseoir près de lui, et , sans prévenir, la renverse en arrière et lui dévore la bouche!

Elle ne pense même pas à fermer les yeux, comprenant à peine ce qui ce passe.

Les autres se marrent en la voyant.

Quand enfin elle reprend son souffle, elle est rouge de honte, de joie, et de tellement d'autres choses...

Il s'excuse pour le dernier lapin, lui redonne rendez-vous le samedi suivant, en promettant d'être là cette fois.

Les étoiles dans ses yeux se rallument plus brillantes que jamais.

 

Elle! Il l'a embrassé, elle?!

Elle que tout le monde (elle la 1ère) trouve moche, bête, trop grande, trop ronde, trop mal habillée pour ce collège bourgeois, trop inintéressante pour cet univers superficiel, elle, ce garçon veut la revoir, elle!

 

Les jours suivants, elle ne s'en souvient pas, elle n'est pas vraiment là...

Et quand il arrive sur la place, à l'heure dite, elle se pince pour être sur de ne pas rêver.

Il l'embrasse, elle se décompose, en lumière, en fumée, en quelque chose de doux, vaporeux...

Elle ne s'est jamais sentie aussi vivante!

 

Il l'entraîne quelques rues plus loin, dans des escaliers menant à un parking, peu utilisé.

Il l'enlace, l'embrasse, se fait de plus en plus pressant, ses mains deviennent baladeuses.

Dans sa tête, les pensées fusent à toute vitesse!

Elle se souvient d'un article, dans son magasine préféré, Girls! , où un sexologue expliquait que pour une fille, il fallait attendre d'avoir ses règles, pour faire l'amour avec un garçon.

Elle s'affole, n'ose pas lui dire qu'à onze ans elle ne les a toujours pas eu!

D'ailleurs, comme beaucoup d'autres personnes, il ne la croit pas sur son âge, avec ses 1m70, on lui donne toujours 16 ans ou plus.

Elle finit par trouver une excuse, la communion d'une copine, à laquelle elle est invitée, et s'enfuit comme une voleuse, lui promettant de revenir le lendemain.

Déboussolée, elle n'y retourne pas et pleure longtemps sur son lit, sur sa jeunesse qui tarde à passer et sur sa bêtise de s'être défiler...

 

A l'époque, pas encore de portable, alors elle squatte la place tout l'été, avec ses nouveaux potes de là-bas, des jeunes de 16 à 25 ans avec qui elle glande et refait le monde.

Elle a toujours une boule au ventre, ne sachant si elle a peur ou envie de revoir Tarek...

Il hante ses jours et ses nuits.

Un jour bien sur, elle finit par le croiser...

 

 Lui, comme si de rien n'était, lui fait la bise comme à une copine.

Elle part en mission argent, avec sa copine Marie, et il les accompagnent.

Elles essaient chez la mère de Marie, dans un quartier chic de la ville, mais pas de chance, non seulement elle refuse de leur filer des sous, mais elle interdit à Marie de ressortir.

Tarek et elle se retrouve tout les deux sur le palier.

Il se tourne vers elle, une méchante lueur dans le regard.

"Au fait, pourquoi t'es pas revenu la dernière fois, tu sais que je t'ai attendue?"

Elle sent monter une sorte d'angoisse qui lui assèche la gorge, l'air semble soudain manquer.

Elle lui répond qu'elle était interdite de sortie, qu'elle n'a rien pu faire.

Puis elle tente de le contourner pour prendre les escaliers.

Il lui bloque le passage.

"On n'avait pas fini, il me semble, susurre-t-il d'une voix étrange, mais ça tombe bien, ici c'est parfait."

Il la plaque contre le mur violemment, colle ses lèvres aux siennes.

Ses mains se glissent sous son tee-shirt avec une dextérité surprenante.

Elle cherche à le repousser, affolée, sentant que la situation lui échappe totalement.

Il lui met alors une énorme baffe, qui résonne longtemps dans ses tympans.

Elle vacille sous sa force, choquée.

Il reprend ses attouchements, comme si de rien n'était, essaie même de lui enlever son haut, mais de nouveau elle se dégage.

Il l'a frappe encore plusieurs fois, en lui disant de rester tranquille sinon ce sera pire, que de toute façon ce n'est qu'un boudin mais qu'il veux juste se vider les couilles.

Elle n'arrive plus à réfléchir, sa tête lui fait un mal de chien, le bourdonnement dans ses oreilles est insupportable.

Elle perd le contrôle, se met à hurler, pas un mot ni un appel au secours, un cri strident de toutes ses forces!

Elle reprend à peine son souffle et recommence, fermant les yeux, se laissant submerger par sa détresse, se concentrant sur sa voix, avec l'impression que sa tête et les vitres alentours vont éclater.

Quand elle rouvre les yeux, après ce qu'il lui semble une éternité, Tarek s'est barré, de peur que des gens les surprennent.

 

Mais personne ne sort. Elle se laisse tomber au sol, épuisée, ne sachant que faire.

Quand elle reprend un peu ses esprits, elle ne pense qu'à déguerpir en vitesse, au cas où il reviendrait.

Elle sort de l'immeuble toute tremblante, terrorisée à l'idée qu'il l'attende quelque part, croyant s'effondrer à chaque pas.

Mais il est parti.

 

Elle erre dans les rues, hébétée de ce qui vient de se passer.

Ses pas l'emmènent non loin de la place, dans le parc de la mairie.

Elle s'affale sur un banc.

Cela fait bien une heure qu'elle sanglote, incapable de bouger, prostrée sur elle-même.

Un de ses potes l'aperçoit, vient s'asseoir près d'elle et tente de comprendre.

Elle lui raconte, pas tout, sa fierté l'en empêche, elle parle seulement des coups.

Il vient de croiser Tarek justement, sur la place, se vantant de s'être taper une gamine pucelle.

Elle nie de suite et il semble la croire.

Il lui promet de rester avec elle et de ne plus jamais le laisser s'approcher.

 

Quand elle rentre chez elle ce soir-là, elle ne dit rien à personne et part se coucher tôt.

 

Allongée sur son lit elle pleure, elle pleure sur la mort de son enfance...qu'elle enterre profondément.

 

angenfant

 

 

Image venant du blog de Dexter

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
<br /> <br /> grosse faute! ou fôte comme on voudra!!! donne  rajoute ENT s'il te plait!!la honte!!merci, Cilou<br /> <br /> <br /> ps : je viens de donner ton adresse à plusieurs amis. j'ai même fait découvrir ton blog à mon mari! Il trouve lui aussi que tu écris fort bien! venant d'un non bloggeur mais d'un grand lecteur,<br /> c'est un énorme compliment...Bisou de Cécile à Cécyle!!!<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> Je peux pas modifier ton com, suis navrée!<br /> <br /> <br /> Merci pour la pub, c'est trop d'honneur!<br /> <br /> <br /> Et merci à ton mari pour son super compliment que j'apprécie à sa juste valeur!!!<br /> <br /> <br /> Gros bisous de Céc' à Cilou!<br /> <br /> <br /> <br />
C
<br /> <br /> alors là! grosse claque! C'est la première fois que je te lis ainsi! Les phrases sont courtes et donne au texte une impression de drame latent! J'avais deviné l'horreur mais tu décris les<br /> sentiments de cette gamine avec beaucoup de justesse! Le corps parfois trahit l'âme! Quand le mal est fait, on peut bien pleurer...il n'y a plus rien à réparer. Les bleus de l'âme sont les plus<br /> longs à guérir mais ils sont notre expérience pour des jours meilleurs, bisous, de Cécile à Cécyle! Encore bravo!<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Wow!<br /> <br /> <br /> Merci pour ton super com!<br /> <br /> <br /> Et oui, c'est sans doute les mauvais moments qui permettent aux bons de rayonner plus encore!<br /> <br /> <br /> Bisous de Céc' à Cilou!!!<br /> <br /> <br /> Céciles power yeah!!! hihi<br /> <br /> <br /> <br />
L
<br /> <br /> Tout cela me "parle" depuis peu...tu sais pourquoi...<br /> <br /> <br /> J'en ai mal...<br /> <br /> <br /> Bisous Mistigri<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> Ben non faut pas!<br /> <br /> <br /> Une histoire n'est qu'une histoire mon ange...<br /> <br /> <br /> Si triste soit-elle!<br /> <br /> <br /> Bonne soirée bisous de ta Mistigri <br /> <br /> <br /> <br />
L
<br /> <br />  <br /> <br /> <br /> je ne vois pas mon commetaire?????<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Je t'ai répondu sur ton blog ma Linette<br /> <br /> <br /> Bisous<br /> <br /> <br /> <br />
M
<br /> <br /> Tu m'a noué les tripes ma biche!!!<br /> <br /> <br /> Je t'aime<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Je t'aime ma bichette, et je m'excuse auprès de tes tripes!<br /> <br /> <br /> Gros bisous<br /> <br /> <br /> <br />
S
<br /> <br /> Lu hier... ce qui semble être un catharsis est bien raconté, c'est poignant de réalité. Le jour ou ce "elle" passera au "je" le pas fait alors sera immmmmense :)<br /> <br /> <br /> Quand a être sortie de l'enfance, je crois plutot que tu y es rester confinée ;)<br /> <br /> <br />  <br /> <br /> <br /> Bon dimanche jeune fille!<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Pour passer au "je" comme tu dis il faudrait que ce personnage existe encore...<br /> <br /> <br /> Et il y a longtemps qu'elle n'est plus.<br /> <br /> <br /> Quand à moi et bien, j'aurais aimé y demeurer sans doute...<br /> <br /> <br /> Bonne soirée msieur<br /> <br /> <br /> <br />
L
<br /> <br /> C'est terrible terrible ! et tellement riche en détails et superbement raconté, avec les émotions, les ressentis.....le mélange de désir et d'horreur, les illusions, l'envie d'être aimée, la<br /> naïveté presque encore enfantine et le drame vécu bien trop tôt......je suis sous le choc....Avant l'ère du portable, donc ça fait longtemps, c'était déjà ainsi ? Et combien de fois cette<br /> tragédie, car oui, c'est une tragédie pour cette jeune fille de onze ans, arrive-t-elle de nos jours  ? A onze, douze ou même plus tard ? Et parfois dans le silence, dans l'ignorance....?<br /> Mais où va le monde et y a-t-il un espoir que ça cesse ?<br /> <br /> <br /> Cecyle, j'ai une immense compassion pour cette toute jeune fille, et pour toutes celles qui ont vécu cette horreur, et j'espère sincèrement qu'elles puissent en parler, se déculpabiliser et vivre<br /> quand même l'amour ensuite de manière plus romantique et douce...<br /> <br /> <br /> Et mes hommages pour ton talent de narratrice, il est incontestable.Amitiés et bon dimanche à toi !<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Merci mdame, cette histoire n'est qu'une parmi tant d'autre malheureusement et pas la pire!<br /> <br /> <br /> Je suis bien contente d'avoir 2 garçons et pas de filles, même s'il ne sont pas à l'abri pour autant...<br /> <br /> <br /> Merci pour la belle image, j'espère que le crapaud est un vrai prince lui!<br /> <br /> <br /> Bon dimanche bisous<br /> <br /> <br /> <br />
O
<br /> <br /> Ta photo est adorable<br /> <br /> <br /> Pauvre petit ange qui pleure :(<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Oui, et puis j'adore les petites angelettes!<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br /> <br />
O
<br /> <br /> Le pire est peut-être de rester "enfant" toute sa vie?<br /> <br /> <br /> L'héroïne de ta nouvelle a bien réagi en se défendant, même si c'est douloureux de "grandir" et découvrir le mal<br /> <br /> <br /> Celui, plus insidieux et pervers (sans coups) marque plus profondément encore :(<br /> <br /> <br /> Merci pour ce récit de l'enfance perdue, pleine de rêve et cruauté<br /> <br /> <br /> Bisou et bonne nuit Cecyle<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Oui Ondine, je suis tout à fait d'accord avec toi!<br /> <br /> <br /> Rester enfant n'est pas non plus une bonne chose, mais il y a sans doute des moyens plus sympas de franchir le cap! ;)<br /> <br /> <br /> Bisous<br /> <br /> <br /> <br />
A
<br /> <br /> La vie est remplie de fous, mais la folie commence par le manque de vigilance et le goût de l'inconnu qui conduit la jeunesse. Tomber sous ses pulsions, parfois parfait, parfois destructeur.<br /> <br /> <br /> La nouvelle est parfaite, le fond destructeur.<br /> <br /> <br /> Andry<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> Wouhaou!<br /> <br /> <br /> Cette description me plait beaucoup!<br /> <br /> <br /> Merci Andry<br /> <br /> <br /> <br />
D
<br /> <br /> Rassures moi, en ce qui te concerne tu n'en es pa sortie. Bises Bises Bises Dan<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> <br /> <br /> <br /> Triple bisous super Dan!<br /> <br /> <br /> <br />
L
<br /> <br /> Bonjour, ma petite Cécyle, j’ai lu ta nouvelle jusqu’au bout, j’en avais la chair de poule ! C’est très bien<br /> écrit, et tu vois que cette situation arrive souvent à des adolescents…Les  mecs sont pourrit d’agir de cette façon, mais personne ne<br /> pourra changer le monde, et ce sera toujours comme cela en empirant, c’est pour ça que nous<br /> devons surveiller nos enfants, du moins qu’ils aient confiance,  de façon à ce  qu’ils puissent se<br /> confier. Très bel article Cécyle,  j’ai été ravie de faire de la lecture avant de faire des choses plus sérieuses au niveau des corrections de mon<br /> livre ! Bisous<br /> <br /> <br /> Lucy<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre
C
<br /> <br /> Merci d'avoir pris le temps de la lire!<br /> <br /> <br /> Tout à fait d'accord avec toi, on ne peux pas les protéger de les accrocs de la vie, mais tachons d'être présent pour les soutenir!<br /> <br /> <br /> Bonne nuit et bon courage pour ton livre!<br /> <br /> <br /> Bisous<br /> <br /> <br /> <br />

Présentation

  • : Le blog de Cecyle
  • : Quelques moments de ma vie en poésie, les bons, les mauvais...tout ce qui me passe par la tête!
  • Contact

 

Hey salut!

Bon à savoir

 

 

Entre CE QUE JE PENSE,

CE QUE  JE VEUX DIRE ,

CE QUE JE CROIS DIRE,

et CE QUE JE DIS,


et CE QUE VOUS VOULEZ ENTENDRE,

CE QUE VOUS ENTENDEZ,

CE QUE VOUS CROYEZ COMPRENDRE,

CE QUE VOUS VOULEZ COMPRENDRE,

ET CE QUE VOUS COMPRENEZ,

il y a au moins neuf possibilités de

NE PAS S'ENTENDRE. 


 
Bernard Werber

Ma fil aux os phy

 

 

  

      Un but ne parait

 

  jamais

 

plus loin  

 

que lorsqu'on

 

n'essaie pas

 

de l'atteindre          

 

 

 

 

 

 sceau1

http://www.copyrightdepot.com/cd12/00048921.htm

bonial – horaires et promos – moins de co2