Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 05:34

 

 

 

 

Par quoi commencer exactement?

Y a-t-il un début et une fin? Comme toute bonne histoire...

Je suis désolée, mais je crois que je vais devoir écrire un roman.

Hormis mes amis proches, vous ne serez pas en mesure de démêler le vrai du faux, le réel de l'onirique, le spirituel du pragmatique, le sérieux de l'enjoué, le fantasme du consommé...

Mais c'est aussi ainsi que c'est intéressant!

Passons cette intro, et entrons dans le vif du sujet!

Je suis aussi impatiente que vous l'êtes (du moins je l'espère! :) de connaître cette nouvelle aventure!

 

 

-Ma bichette, tu feras attention! Tu me tiendras au courant le plus souvent possible s'il te plait! Et tu prends plein de photos! Et...

-Et je dois m'amuser sans modération! M'en mettre plein la vue, jouir intensément de chaque instant! C'est promis ma bichette...Et je penserais à toi, à vous, et je reviendrais plus gonflée à bloc que jamais!

-...Oh lala que j'aimerais venir avec toi!

-Tu seras auprès de moi ma bichette, dans mes pensées...

 

Mon amie m'étreint de toute ses forces, nous sommes dans la file d'attente pour l'enregistrement, mon excitation est à son comble. Je vais m'envoler pour Hawaï!

Martine m'envoie un dernier baiser, elle remplie à merveille le rôle d'amie et de maman de cœur que je lui ai confié. C'est à elle en premier que j'ai pensé, pour garder mes enfants pendant ses deux semaines où j'ouvre une parenthèse à ma vie.

 

Dans cette file indienne de gens épuisés par l'heure matinale, je trépigne et stresse, de tous les pores de ma peau.

Et si quelque chose clochait?

Si mon passeport, mes bagages ou autres n'étaient pas en règle.

 

Je consomme toute mon énergie à faire taire ce mental qui angoisse et cherche à m'entrainer dans les méandres de la peur...de l'inconnu.

 

Enfin je suis la prochaine à passer le check-in, quand un homme portant l'insigne de United Airlines, la compagnie que je dois prendre, m'aborde.

-Bonjour, (son accent américain est très prononcé) puis-je vous demander quelle est votre destination?

-Bonjour, oui bien sur, je vais à Honolulu.

-Vous avez donc un transit à San Francisco c'est bien ça?

-Oui, oui, qu'y a-t-il? Un problème?

 

Mon mental se jette sur l'occasion, et en l'espace de 3 secondes, il a fait le tour de tous les scénarios catastrophiques possibles.

 

-Non, United Airlines souhaite vous proposer de prendre le vol suivant pour San Francisco, en raison d'un surbooking. En dédommagement nous vous offrons 400 dollars de chèques cadeaux à dépenser dans tous les hôtels et restaurants partenaires. Et bien sûr, nous nous chargerons d'assurer une liaison différente pour votre destination...

-C'est gentil mais...voyez-vous, c'est mon premier voyage aux États-Unis, et je préfèrerais suivre le plan prévu en fait.

 

Une femme derrière moi enchaîne de manière à peine aimable, avant même qu'il ait eu le temps de lui poser la question.

-Non non, merci mais je souhaite rentrer chez moi au plus vite.

Elle me fait un clin d’œil alors que l'homme remonte la file pour questionner les autres passagers.

-Je reviens de 3 semaines de vacances ici, c'était bien mais ma plage et mes vagues me manquent, m'informe-t-elle.

-Je comprends.

 

Je ne cherche pas à poursuivre la conversation, car cette femme ne m'inspire pas des masses.

Elle semble avoir dans la cinquantaine, mais avec le look d'une surfeuse qui n'a pas envie de vieillir. Blonde décolorée, lèvres douteusement gonflées...

Je fais un effort pour stopper le début de jugement qui pointe son nez dans mon esprit, et heureusement c'est enfin mon tour de m'enregistrer.

 

Tout se passe très bien, et vite.

Tant mieux car l'heure tourne, et j'ai à peine le temps de griller une dernière cigarette dans un fumoir embrumé, avant de foncer vers la porte d'embarquement.

La nouvelle file d'attente pour le passage de la sécurité me semble durer une éternité.

 

Alors je commence à bavarder avec les gens qui m'entourent. Tous ne prennent pas le même avion, et je fais la connaissance d'un couple de retraités qui vont voir leur fille à Cuba, où elle s'est installée. Nous réalisons que l'embarquement à déjà démarré, pour leur vol comme le mien, et de nouveau mon angoisse surgit. Je vais rater mon avion! Je me console en me disant qu'il me restera toujours l'option que je viens de décliner, mais mon être se révolte à cette idée! C'est celui-là que je dois prendre, je ne sais pas pourquoi mais je le sais.

 

45 interminables minutes s'écoulent, et je suis rassurée de découvrir mon vol retardé.

Enfin je m'affale sur mon siège, 32A côté hublot...comme j'aime.

Déjà je me mets à l'aise, je retire mes grosses chaussures de rando, en priant pour que je n'ai pas eu le temps de transpirer, et que je ne sois pas responsable d'une évacuation de l'appareil pour cause d'asphyxie générale...

Ouf! C'est bon!

 

Je me renverse sur mon siège et exhale un profond soupir.

Je plonge mon regard sur le tarmac, offrant ainsi une prise à mon mental. Il se fait un malin plaisir à me torturer, se tournant vers mes loulous que j'ai le sentiment d'abandonner.

 

Une voix me fait sursauter.

-Pfiuuuu, j'ai cru ne jamais y arriver!

Un jeune homme s'assoit à mes côtés. Le look un peu intello, portant chemise et lunettes, mais avec un visage sympathique.

Il me sourit, je lui souris...

Et moins de 3 minutes plus tard, nous voilà en train de discuter et de rire comme de vieux amis.

 

Évidemment je suis ravie! Quoi de mieux pour esquiver mon mental et mes angoisses, qu'une charmante compagnie?

 

Les quelques 12h écoulées avec lui, sont passées comme dans un rêve, et je suis surprise de découvrir San Francisco sous nos pieds.

 

Nous avons parlé, ri, échangé sur nos vies, regardé des films pourris, lui en anglais et moi en français, en essayant de caler les images de nos écrans. J'ai même dormi sur son épaule...

 

Il m'a expliqué qu'il était chercheur scientifique, qu'il venait passé une semaine à San Francisco pour le travail, et qu'il avait des colloques de prévus, au sujet de laser contrôlant la pollution ou quelque chose dans ce genre. J'ai aussi appris qu'il était marié et séparé, avec une russe dépressive et alcoolique de surcroit...

 

Il vient de Grenoble mais vit sur Paris, actuellement en colocation, car il a laissé son appartement à sa future ex-femme. Il a 36 ans, même s'il en fait 25, n'a pas d'enfants. Je comprends qu'il est surbooké dans son travail, car il est en train d'essayer de monter sa propre société.

 

Nos discussions furent à la fois légères et profondes, intimes et impudiques, sérieuses dans le comique.

 

A un moment donné, alors qu'il me parlait, je remarque dans son œil gauche, au milieu du marron, une tâche qui semble jaune et verte à la fois. Je ne sais pas pourquoi mais elle m'est familière. C'est amusant car nous venons juste de regarder un film sur le sujet, "I Origins", qui évoque la possibilité de reconnaitre une âme réincarnée grâce à sa pupille, la couleur et la forme de celle-ci étant chaque fois unique et ne pouvant se trouver à deux endroits différents sur la planète en même temps.

 

 

-C'est joli cette tâche dans ton œil, je ne peux m'empêcher de lui dire.

-De quoi? Ah oui, c'est drôle que tu l'ai vu, car peu de gens y font attention.

 

Je change rapidement de sujet car j'ai peur qu'il me prenne pour une dingue si je lui dis qu'elle ne m'est pas inconnue. Et puis je ne veux pas qu'il pense que je le drague, surtout avec un truc aussi banale que : On ne se serait pas déjà rencontré dans une autre vie?

 

D'ailleurs, je n'ai pas l'impression qu'il y ait de la séduction entre nous, c'est juste que tout semble si naturel!

 

Descendu de l'avion, avant de se quitter, nous échangeons nos numéros, en toute amitié.

 

Je lui colle deux bises un peu rapides, car je veux avoir le temps de m'en griller une avant de sauter dans mon deuxième avion, qui m’emmènera à Honolulu.

 

Je le quitte sans me retourner, déjà toute entière absorbée par la suite de mon aventure...

A la recherche de moi-m'aime.
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Cecyle
  • : Quelques moments de ma vie en poésie, les bons, les mauvais...tout ce qui me passe par la tête!
  • Contact

 

Hey salut!

Bon à savoir

 

 

Entre CE QUE JE PENSE,

CE QUE  JE VEUX DIRE ,

CE QUE JE CROIS DIRE,

et CE QUE JE DIS,


et CE QUE VOUS VOULEZ ENTENDRE,

CE QUE VOUS ENTENDEZ,

CE QUE VOUS CROYEZ COMPRENDRE,

CE QUE VOUS VOULEZ COMPRENDRE,

ET CE QUE VOUS COMPRENEZ,

il y a au moins neuf possibilités de

NE PAS S'ENTENDRE. 


 
Bernard Werber

Ma fil aux os phy

 

 

  

      Un but ne parait

 

  jamais

 

plus loin  

 

que lorsqu'on

 

n'essaie pas

 

de l'atteindre          

 

 

 

 

 

 sceau1

http://www.copyrightdepot.com/cd12/00048921.htm

bonial – horaires et promos – moins de co2