Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 03:01
Toi et moi 3

La semaine la plus longue de ma vie s'achève enfin.

 

Je me suis formellement interdit de retourner à la plage durant ces quelques jours.

Non pas parce que je ne voulais pas te revoir. Oh non, au contraire! Je voulais juste y voir plus clairs dans mes élucubrations mentales.

Faut dire que j'avais à peine digéré ma rupture que tu te pointais comme une fleur dans mon désert sentimental en construction. J'avais pas choisi d'aimer. J'avais décidé de me rouler encore un peu dans mon célibat imposé.

Je sais que la vie nous réserve des surprises, parfois bonnes et d'autres moins. J'avais tiré comme conclusion hâtive et confortable, que mon chemin sortait définitivement des sentiers amoureux.

Quelle blague! Même moi je savais que j'étais pas crédible, mais qu'importe, on est capable de se convaincre d'un tas de connerie, pourquoi pas celle-ci?

Alors voilà, dans mon planning désenchanté, je ne voyais pas quel horaire t'accorder.

Pense, pense, pense! Que je me suis dit tout d'abord.

Puis, une nuit blanche plus tard: Arrête de penser malheureuse! Tu vois pas que ça te bouffe la tête! Concentre ton esprit sur n'importe quoi d'autre! T'y verras plus clair ou tu oublieras. Et ce sera peut-être mieux comme ça.

Mais, étrangement, Alzheimer ne se déclenche pas comme on le veut.

Le jour d'après je me suis résignée, tu inondais mon esprit même si je ne t'y avais pas invité.

Alors je m'en suis remise aux signes!

Haha, la belle affaire! Tu sais, le jeu du pile ou face, pile : je te revois, face: je te zappe.

Bon, sauf qu'à la place d'une pièce de monnaie, j'ai remis notre destin entre des mains amies...

J'ai commencé à écrire notre histoire.

Ou plutôt notre brouillon d'histoire.

Je me suis dit qu'il y avait deux issues. Soit mes amis l'approuvaient, et voulaient connaître la suite (le nombre de lecteurs nécessaires et intéressés était fixé à une personne minimum), soit...tout le monde s'en foutait, le texte passait totalement inaperçu sur la toile et dans ce cas je nous précipitais aux oubliettes des amourettes avortées.

 

Tu te doutes du résultat obtenu.

Et tu penseras à les remercier. (Ou pas!)

Ce n'est qu'après le deuxième épisode que je me suis rendue compte que l'histoire m'échappait. A peine née, voilà qu'elle prenait son autonomie, et que je ne faisais déjà plus qu'attendre la suite avec autant d'impatience que les autres! Quelle étrange sensation d'être à la fois auteur et spectateur de sa vie.

Ça m'a fait flipper! Je l'ai déjà dis je crois, mais j'aime contrôler! Pas tout non plus bien sur, l'imprévu est passionnant aussi mais dans ce domaine particulièrement, j'ai besoin de savoir, ou plutôt de me persuader de savoir, où je vais.

Bref.

Toujours est-il qu'après cette semaine de jeûne de toi, je n'ai plus eu qu'une seule idée en tête: le rompre! (le jeûne)

Alors me voilà, toute pimpante, il est midi, j'ai joué le scénario dans ma tête mille fois.

Je me dirige vers ma plage...

Lentement, et de manière tout à fait nonchalante, je descend les marches comme sur un tapis rouge, droite et altière, c'est tout juste si je n'entend pas la foule en liesse m'acclamer.

Heu, j'en rajoute peut-être un peu trop là...

Et comme une princesse carabossée, je rate la dernière marche et agrippe de justesse la rambarde.

Je jette un coup d’œil affolé de tout côté en croisant les doigts pour que tu ais loupé la dernière scène.

Je suis rassurée mais de courte durée car tu n'es pas là...

Je reprends de l'aplomb, et décide d'agir comme si tu n'avais jamais été que le fruit de mon imagination.

Je m'allonge donc sur le sable comme si mon unique objectif de la journée était de peaufiner mon bronzage.

Mais c'est plus fort que moi, toutes les deux minutes je me redresse et guette tes pas.

Au bout de 10 minutes je m'impatiente patiemment.

Au bout de 20 minutes je stresse gentiment.

Au bout de 30 minutes j'angoisse carrément.

Bon au bout de 40 minutes je l'avoue j'ai dû m'endormir!

Je me réveille la mine enfarinée, un peu de bave séchée au coin des lèvres et les yeux collés, je suis la fille la plus glamour de la planète!

Pas le temps de piquer une tête, je suis déjà en retard.

Je file à mon école, non sans faire un détour par l'immeuble de notre premier regard.

Mais évidemment, pas trace de toi.

Et voilà, je me dis, encore une fois j'ai loupé le coche.

A trop ruminer dans ma bouillabaisse mentale, tu t'es lassé de moi.

Tu m'as zappée, oubliée, effacée, désagrégée, atomisée, dématérialisée, désacralisée, démystifiée...

Et puis moi, ben, j'ai plus qu'à me maudire pour l'éternité.

 

Un mois s'est écoulé...

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Cecyle
  • : Quelques moments de ma vie en poésie, les bons, les mauvais...tout ce qui me passe par la tête!
  • Contact

 

Hey salut!

Bon à savoir

 

 

Entre CE QUE JE PENSE,

CE QUE  JE VEUX DIRE ,

CE QUE JE CROIS DIRE,

et CE QUE JE DIS,


et CE QUE VOUS VOULEZ ENTENDRE,

CE QUE VOUS ENTENDEZ,

CE QUE VOUS CROYEZ COMPRENDRE,

CE QUE VOUS VOULEZ COMPRENDRE,

ET CE QUE VOUS COMPRENEZ,

il y a au moins neuf possibilités de

NE PAS S'ENTENDRE. 


 
Bernard Werber

Ma fil aux os phy

 

 

  

      Un but ne parait

 

  jamais

 

plus loin  

 

que lorsqu'on

 

n'essaie pas

 

de l'atteindre          

 

 

 

 

 

 sceau1

http://www.copyrightdepot.com/cd12/00048921.htm

bonial – horaires et promos – moins de co2